Café noir

mets-toi à l'aise, c'est l'heure de la pause

18 juin 2004

Deo gracias


d
eo, deo gracias
Deo, Deo gracias
Dieu  ne pouvait donner une âme
à l'esprit inconséquent des femmes
deo, deo gracias,
d
eo, deo gracias
Dieu ne pouvait donner une âme
surtout une âme bonne
à un corps noir
Chantons la chanson des esclaves
chantons la chanson des soumis
pour que jamais le monde ne change
pour que la puissance reste aux puissants
deo, Deo gracias
d
eo, deo gracias
Deo gracias pour l'Afrique qui crève
parce qu'un vieillard n'aime pas le plastique
Deo gracias pour les prêtres réprouvés
par une Eglise sclérosée
qui leur reproche d'avoir lutté
du coté des paumés
Le paradis pour les pauvres
ce doit être dans un autre monde
ici bas, c'est péché de le chercher
Deo gracias pour les yeux qui se ferment
pudiquement
Deo gracias pour le mépris
de ceux qui s'aiment en dehors
des chemins tracés
Chantons la chanson des esclaves
chantons la chanson des opprimés
le poids du goupillon, l'ombre de la croix
ne pèsent que du coté que le sabre a désigné
Deo, deo gracias
Deo, deo gracias

Posté par Mosca à 10:05 - texto - Vous dites ? [14 petits mots] - Permalien [#]

Commentaires

    magnifique

    C'est toi qui écrit ces poèmes et qui fait ces illustrations ? Je trouve ça magnifique.

    Posté par felicitee, le 18 juin 2004 à 12:08
  • Bin oui, c'est moi )

    merci Felicitée.

    Posté par mosca, le 19 juin 2004 à 17:22

Poster un commentaire